Mort de Richard Descoings,directeur de sciences Po ...

Mort de Richard Descoings,directeur de sciences Po ...

Message non lupar Vox Populix » 04 Avr 2012 19:50

Mort du directeur de Sciences Po: autopsie en cours à New York

AFP - 04/04/2012

Image

Une autopsie du corps du directeur de Science Po Richard Descoings était en cours mercredi matin à New York, où l'enquête se poursuivait après son décès encore inexpliqué, qui a suscité une énorme émotion en France où il était extrêmement respecté et populaire.

Des informations sur cette autopsie pourraient être disponibles dans la journée de mercredi, a précisé à l'AFP une porte-parole des services du médecin légiste. "L'enquête se poursuit", a déclaré de son côté un porte-parole de la police de New York.

La femme de Richard Descoings, Nadia Descoings, était attendue dans l'après-midi à New York, accompagnée des deux enfants de son premier mariage.

Mardi soir, le commissaire adjoint Paul Browne avait déclaré à l'AFP que les enquêteurs n'avaient pas de "preuve d'acte criminel". Après avoir évoqué une chambre en désordre, il avait précisé que ce désordre était dû au personnel médical qui avait cherché à ranimer M. Descoings, 53 ans, découvert mort, nu sur son lit, vers 13H00 locales.

Le désordre "n'est pas dû à une lutte", avait-il précisé, ajoutant que le corps ne portait "pas de signe de traumatisme".

Il a aussi semblé écarter l'idée d'un cambriolage qui aurait mal tourné, précisant que l'ordinateur portable de M. Descoings avait été retrouvé "à proximité". Selon la chaîne NBC, cet ordinateur et le téléphone de M. Descoings auraient été jetés par la fenêtre de sa chambre au 7e étage, et retrouvés quatre étages plus bas.

Après avoir évoqué "la possibilité que d'autres personnes se soient trouvées dans la chambre à un moment donné", M. Browne s'était ensuite refusé à tout commentaire sur le sujet.

Le New York Post, citant des sources policières, évoquait mercredi la visite de "deux hommes", et des bouteilles d'alcool vides et des anti-dépresseurs trouvés dans la chambre.

Le directeur de Sciences Po était descendu dans la chambre 723 de l'hôtel Michelangelo, dans le centre de Manhattan, pour participer à une conférence de dirigeants d'universités à l'université de Columbia, sous l'égide du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Sa mort a suscité une énorme émotion dans le monde politique en France, où de nombreux dirigeants ont salué un homme d'exception, un visionnaire qui durant ses 16 ans à la tête de Sciences Po Paris a transformé en profondeur la célèbre école qui forme une partie des élites françaises.

En déplacement à Montréal, Guillaume Pepy, patron de la SNCF et ami très proche de M. Descoings, a été appelé pour se rendre sur les lieux du drame, ont précisé à l'AFP des sources proches de la famille.

A Science Po, une foule silencieuse d'élèves et enseignants a rendu mercredi un hommage ému à ce directeur hors normes.

"+Richie+, c'était un peu une idole, quelqu'un de mythique, mais il restait accessible", racontait Yann Kerhoas, étudiant en première année.

Le président Nicolas Sarkozy a salué un homme "à la carrière exceptionnelle d'un grand serviteur de l'Etat" qui a "profondément réformé" Sciences Po.

François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a salué en M. Descoings "l'une des figures les plus importantes et les plus reconnues du monde éducatif et universitaire".

M. Descoings avait récemment regretté son "outing forcé" : "je ne vois pas ce que ma prétendue homosexualité a à voir. C'est en plus survenu à l'occasion de mon mariage. Que répondre ? Que je ne suis pas homosexuel ? Non, rien".

Après l'affaire DSK en mai dernier, c'est la deuxième fois en 10 mois que la police new-yorkaise mène une enquête sur une importante personnalité française.
Avatar du Gaulois
Vox Populix
 
Messages: 911
Inscrit le: 17 Mai 2011 11:15

...
 

Re: Mort de Richard Descoings,directeur de sciences Po ...

Message non lupar avechelice » 04 Avr 2012 23:39

Salut,

http://fr.news.yahoo.com/mort-richard-d ... 52773.html
Se dirige t-on vers un nouveau "Mystère de la chambre jaune" ?

A+
Avatar du Gaulois
avechelice
 
Messages: 1210
Inscrit le: 09 Nov 2011 19:29

Re: Mort de Richard Descoings,directeur de sciences Po ...

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 04 Avr 2012 23:50

Quelques élèments...Les journalistes français ont de ces pudibonderies...pas vu une seule fois le mot "préservatif",
pourtant mentionné par la Presse américaine.

Ce qu'il y a de sûr: il ne semblait pas jeter un dernier petit coup d'oeil, sur sa conférence, prévue le jour même!

Mais bon, tout le monde se prosterne devant le monsieur, "patron" de la "prestigieuse école de Sciences-Po" (qui va peut-être l'être un peu moins, après sa "présidence")!



Image



Authorities are probing the mysterious death of a leading French academic whose lifeless body was discovered in a midtown hotel room Tuesday.

Richard Descoings, 52, was found dead and nude at around 4 p.m. inside room 723 at The Michelangelo Hotel on West 51st Street, sources said.

A medical examiner will determine the cause of death.

While nothing has been ruled out, there is no evidence of a crime -- no sign of blunt trauma, strangulation or other form of violence, a law enforcement official said.

Police are trying to locate two men believed to have entered his room overnight.

Prescription pills, alcohol, cigarettes and a condom were found in the room. Descoings' credit cards and some euros were also still there. His computer and iPhone were found on a third-floor landing of the hotel below his seventh-floor window.

One law enforcement official said the room appeared to be in disarray, though some of it may have been caused by EMT workers when they responded to aid Descoings.

Descoings is a director at France's prestigious Institute of Political Studies in Paris. He also serves as an adviser to France’s political leaders.

French President Nicolas Sarkozy called Descoings a pioneer in education who made the school "world renowned."

Sarkozy said Descoings gave underprivileged students the chance to study at the prestigious school, marking "a historic turning point in awareness of scandalous social elitism in France."

Descoings was in New York to attend a conference at Columbia University but never showed up, an NYPD spokesman said. Colleagues were worried and called the hotel to check on him at around 1 p.m. When staff checked, they thought he was sleeping, according to the spokesman. Police were later called around 4 p.m.

The NYPD investigation into the death of a prominent French citizen comes nearly a year after authorities here investigated sex abuse allegations against Dominique Strauss-Kahn, a one-time contender for the French presidency. The charges against Strauss-Kahn were later dropped.

Get the latest from NBC 4 New York anytime, anywhere. Follow us on Twitter, Facebook and Google+. Sign up for email newsletters here. Get breaking news delivered right to your phone -- just text NYBREAKING to 639710. For more info, text HELP. To end, text STOP. Message and data rates may apply.

Copyright Associated Press / NBC New York



Image




Death in New York of French Educator Richard Descoings Treated as Suspicious
Apr 4, 2012 6:25 AM EDT
Vague echoes of the Strauss-Kahn affair are unlikely to tarnish the reputation of Richard Descoings, director of Sciences Po in Paris. Found dead in a Manhattan hotel room Tuesday, he’s considered a possible suicide.


Once again, France awoke this morning to news of a mysterious incident involving one of its more prominent citizens in a New York City hotel. Richard Descoings, director of the Institute of Political Studies in Paris, better known as Sciences Po, was found dead in his room at the Michelangelo in midtown Manhattan on Tuesday afternoon. He was in bed naked, and there were reports that alcohol and drugs were present. Descoings’s iPhone and laptop were discovered on a landing below. The New York City police said they are treating the incident as suspicious.


NYPD Deputy Commissioner Paul Browne told reporters “we are waiting for the medical examiner’s report,” but was careful to add that as yet no evidence had been found of “criminality.” According to law enforcement sources, suicide has not been ruled out.

Inevitably, the incident raised echoes of the arrest last year of Dominique Strauss-Kahn after he was accused of sexually assaulting a maid at another Manhattan hotel. Those charges later were dropped, but Strauss-Kahn—who was the head of the International Monetary Fund at the time, and touted as the likely next president of France—has since seen his political career buried under a mountain of scandalous allegations. There is no real connection with the death of Descoings, certainly, apart from the impression in Paris that Gotham is a risky playground for the French elite.

In the case of Descoings, 53, the implication of early reports suggesting one or two men had been in his room earlier threatened to give a tabloid gloss to what would otherwise be mostly reverential obituaries for the distinguished academic and civil servant. Scandal “will not be the headline,” said a source close to French President Nicolas Sarkozy, who attended Sciences Po in the 1980s and often consulted with Descoings about efforts to evolutionize, if not revolutionize, higher learning in France.


The body of Richard Descoings (inset), is removed from the Michelangelo Hotel near Times Square in New York, April 3, 2012, Chip East, Reuters / Landov; inset: AFP / Getty Images

Police are investigating whether one man followed by a second man visited Descoings and left after an hour or so, and if such a visit might be tied to his death.
Descoings was in New York City to attend an education conference at Columbia University. When he failed to show up Tuesday morning, his colleagues called the hotel to see what had become of him.

Police are investigating whether one man followed by a second man visited Descoings in the middle of the previous night, and left after an hour or so, and if such a visit might be tied to his death.

But a hotel housekeeper said she heard Descoings snoring in his room at 9 a.m. Tuesday morning, according to a well-informed law enforcement source. After the call from Columbia, hotel security checked on him and found him sleeping but alive. He woke up briefly with a grunt, then went back to sleep. But when Descoings failed to check out at 12:30 p.m., according to this source, security checked on him again 30 minutes later and found him apparently dead, naked, on the bed. Emergency medical teams were called and tried unsuccessfully to resuscitate Descoings, pulling him off the bed to work on him on the floor.

Some friends of Descoings told detectives that he had been depressed. It is because there were no visible signs of trauma that suicide is being considered as a possible explanation pending further forensic tests.

In Paris overnight, a statement by President Sarkozy paid homage to “the exceptional career of a great servant of the State, who devoted his entire life” to the cause of education: “In almost 16 years as the head of ‘Sciences Po,’ he made of that venerable institution, which he reformed profoundly, an establishment with a global reputation.”

In fact, Descoings was one of his country’s most controversial educators. The grandes écoles, the most influential schools, are meant to train a meritocratic elite, and have rigid admission standards. (The most exclusive of all, the École Nationale d’Administration, admits only about 100 students a year, many of whom go on to hold top government jobs.) But Descoings, whose university admitted more than 1,000 students a year, initiated a policy early in the last decade that embraced a handful of applicants each year from underprivileged backgrounds—in effect, a French version of affirmative action.

“Ten years later, the face of his school has changed,” Le Monde noted in its online obituary for Descoings this morning. The number of scholarship students has risen from 6 percent to 26 percent: “His model has given ideas, aroused endless debates, but the grandes écoles, too attached to their entrance exams, prefer to help high school students prepare rather than exempt them.”

Like The Daily Beast on Facebook and follow us on Twitter for updates all day long.

Christopher Dickey is the Paris bureau chief and Middle East editor for Newsweek and The Daily Beast. He is the author of six books, including Summer of Deliverance and, most recently, Securing the City: Inside America’s Best Counterterror Force—the NYPD.

For inquiries, please contact The Daily Beast at editorial@thedailybeast.com.



Image



Sciences-Po: Richard Descoings s'explique sur les superbonus
11 JANVIER 2012 | PAR JADE LINDGAARD
Pour la première fois après les révélations de Mediapart sur les faramineux salaires et primes de la direction, Richard Descoings prend la parole pour défendre sa politique salariale, dans une lettre adressée aux salariés de Sciences-Po. Il reconnaît toucher un salaire annuel d’environ 500.000 euros. Selon nos calculs, il empoche une prime annuelle de résultat de 175.000 euros.
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Re: Mort de Richard Descoings,directeur de sciences Po ...

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 05 Avr 2012 14:00

Une fois de plus, la Presse aux ordres aura donné la mesure de son asservissement au "politiquement correct", dans l'unanimité presque dérisoire,
pour un personnage pour le moins sulfureux, et qui aura surtout contribué à casser "Scienses-Po", à coups de partis pris idéologiques...

Voici une autre lecture de cette icône médiatique: une fois de plus! les Gaulois pourront se rendre compte de la Trahison des clercs....


Descoings, surnommé «Ritchie-D.», «Monsieur Riches-Idées».
Le Journal du dimanche, 22 janvier 2006.

Il est «pour les uns, un visionnaire, pour les autres, un mégalomane».
Le Monde, 22 septembre 2004.

«Un iconoclaste au pays des “technos”. Un pourfendeur de tabous à l’allure de dandy (qui) aime bien touiller la marmite universitaire avec de drôles d’idées très médiatiques.»
L’Express, 15 mai 2003.

«Barbe de trois jours, cheveux coiffés au gel, sourire qu’il déclenche sur commande, alliance en or à la main droite, anneau en argent à la main gauche, comme s’il ne fallait pas se laisser enfermer dans les choix et les convenances… A côté,l’étudiant qui distribue des tracts de la CNT dans le hall d’entrée a des airs de cadre d’IBM.»
Challenges, 4 décembre 2003.

«La réputation de Richard Descoings le précède:brutal, despotique, autoritaire.»
Le Nouvel économiste, 7 novembre 2003.

PORTRAÎT: (début de citation)

"Richard Descoings est né le 23 juin 1958 à Paris XIVè.

. Un seul de ses quatre grands-parents détenait le baccalauréat. Par sa mère, Arlette Meylan, médecin, il est issu d’une famille d’horlogers et de boulangers suisses, ruinés par la crise de 1929. Il passera d’ailleurs la plupart de ses vacances, en Suisse, entre Genève et Lausanne. Son père, Jean-Claude Descoings, également médecin, est directeur de société. De religion pro-testante, la famille cultive les valeurs calvinistes du travail: Richard Descoings grandira sans accès à la télévision.

Passé par les lycées Montaigne, Louis-le-Grand et Henri IV, d’où il sera exclu, son professeur de mathématiques ayant jugé qu’il était «totalement dépourvu d’esprit de synthèse et incapable de suivre la classe supérieure», il obtiendra pourtant le baccalauréat avec mention «très bien». Il entre ensuite en hypokhâgne, où son professeur de philosophie lui «interdit» de faire Sciences-Po, «du suicide intellectuel». Il intègre pourtant l’Institut d’études politiques de Paris (1977-1980) dans la section «Service public». Il obtient son diplôme avec la mention«summa cum laude», la plus recherchée des récompenses.

Entré en «prep-Ena», il a été collé à deux reprises, avant de réussir à sa dernière tentative. Sorti dixième de la promotion Léonard deVinci (1985), il entre comme auditeur au Conseild’Etat, avant d’être promu maître des requêtes en 1988, et conseiller en 2000. Enseignant à l’IEP (ainsi, qu’un temps à l’Ipe sup,l’école privée pour préparer Sciences Po), il devient chargé de mission auprès d’Alain Lancelot, directeur de l’Institut d’études politiques de Paris (et ancien mendésiste dans sa jeunesse dans cet établissement) pour la section«Service public» en 1988, grâce à l’intervention de Guillaume Pépy, son plus proche et meilleur ami.

Par la suite, il sera rapporteur général de la Commission d’accès aux documents administratifs, puis directeur adjoint de l’IEP de Paris de1989 à 1991. Ayant pris pour modèle l’ancien secrétaire général de la CFDT Edmond Maire, Richard Descoings, toujours sur recommandation de Guillaume Pépy, fait alors une incursion dans les cabinets ministériels (après avoir refusé un tel poste en 1988, après la réélection de François Mitterrand), entrant , comme conseiller technique pour les questions d’éducation, au cabinet de Michel Charasse, ministre du Budget, de
Jack Lang, ministre de l’Education nationale et de la Culture, puis auprès de Jean Glavany, secrétaire d’Etat à l’Enseignement technique (1992-1993).

Au retour de la droite au pouvoir, il réintègre le Conseil d’Etat. Commissaire du gouvernement près l’assemblée du contentieux du Conseil d’Etat en 1995, il succède en 1996 à Alain Lancelot, comme directeur de l’Institut d’études politiques de Paris, notamment grâce à l’appui sans faille du banquier Michel Pébereau, qui préside le conseil de direction. Il a alors 36 ans (salaire de Descoings en2003: 144 000 euros annuels).

Evidemment membre du Siècle, le grand club d’influence français (il appartient à son conseil d’administration depuis 2007), il est également administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques depuis 1996. Il a dès lors entrepris une double démarche: àla fois rehausser le niveau général de l’IEP de Paris, afin d’en faire l’égale des plus grandes universités internationales («en faire unHarvard européen»), et d’autre part ouvrir l’école des hauts fonctionnaires à la diversité multiculturelle. Il recevra par exemple la secrétaire d’Etat américain Condoleeza Rice à l’IEP, pour son unique discours de sa tournéeeuropéenne en février 2005.

Le Times (novembre 2006) classera l’IEP au troisièmerang français, derrière Polytechnique et l’Ecole normale supérieure, et au 13e rangeuropéen. Auprès de certains enseignants, cela passe mal: «Il règne de plus en plus par la terreur. En laissant sa garde rapprochée couperles têtes (Management , décembre 2005).

»En 2004, il a également signé un accord de coopération avec l’université de Tel-Aviv et n’a cessé de renforcer le partenariat avec Israël. Il appartient d’ailleurs au comité d’honneur de l’Association des amis français de l’université Ben Gourion de Tel Aviv. Après son voyage, il présentera une vision idyllique (Actualité juive, 19 mai 2005): «A un passage entre Israël et les territoires, il y avait, certes, une guérite avec des militaires armés, mais on ne s’est même pas arrêté. On pourrait parler d’une sorte de simplicité qu’on ne voit jamais sur les écrans de télévision. J’ai vu aussi, entre Jérusalem et Tel-Aviv, que les colonies de peuplement étaient souvent dans la continuité d’agglomérations qui sont en territoire israélien. C’est évidemment douloureux de voir le mur qui traverse certains quartiers de Jérusalem, etc.» En juin 2005, il organisera même un Journée franco-israéliennes à Sciences-Po à l’initiative de l’Union des étudiants juifs de France.

En 2007, il obtient un privilège qui fera grincer des dents: un discret arrêté, en avril, ouvre aux diplômés de Sciences-Po l’examen d’entrée du barreau pour devenir avocat, jusqu’alors réservé aux diplômés en droit.

Ensuite, il propose d’abord, il impose ensuite, avec l’ouverture aux bacheliers de zones d’éducation prioritaire (ZEP) sur entretien (certains parleront de «quota humanitaire»), et non plus sur concours, c’est-à-dire la mise enœuvre de la «discrimination positive» (qui revient à défavoriser les candidats classiques) pour environ 15% des places disponibles, ce qui est loin d’être négligeable, la modulation des droits de scolarité en fonction des revenus des parents (jusqu’à 5 150 euros), la multiplication des bourses, la création d’une filière journalistique, l’allongement de la durée des études avec une période d’un an à l’étranger (soit l’équivalent d'un mastère américain), l’augmentation des étudiants étrangers (qui pourrait atteindre 40%), etc.

En 2007, il créée, ce qui suscitera des remous, une chaire consacrée à la Turquie, financée par la filiale turquede la Banque nationale de Paris, dans l’objectif de présenter aux futures élites une idée positive de la Turquie pour son entrée dans l’Union européenne. En 2007, il signera un livre-témoignage: Sciences-Po, de la Courneuve à Shangaï (Presses de Sciences-Po, préface de
René Rémond), où il magnifie son action en faveur des «défavorisés».

Comme l’indique le site Wikipedia, «si l’expérience a le mérite d’encourager les élèves de zones défavorisées à s’intéresser à des études supérieures considérées comme prestigieuses, sa pérennité reste discutée, au sein même de l’équipe enseignante, car un certain nombre considère qu’il ne s’agit que d’une solution précaire». L’une des solutions que défend aujourd’hui Richard Descoings est l’abandon du concours d’entrée en première année, qui serait désormais réservé exclusivement aux bacheliers ayant obtenu la mention «très bien», cette épreuve étant considérée comme la plus égalitaire.

Depuis 2007, il siège aussi à l’Institut sur l’immigration et l’intégration, le nouveau cercle de réflexion gouvernemental en matière d’immigration. Tout cela n’empêchera pas la Cour des comptes, en 2003, qui s’inquiétera de l’envol des dépenses et de la «précarité financière (qui) devrait inciter à éviter un optimismecomptable excessif» (cf. Le Développement deSciences-Po, entre l’ambition et la démesure, Le Monde, 22 septembre 2004).

Le 7 octobre2003, Le Monde écrivait déjà: «Au comité d’entreprise, on dénonce des dépenses destinées à l’“esbroufe” - frais de réception, réfection de la cafétéria en cyber café aux airs de night-club, voyages avec les étudiants - […]Certains apprécient son “look moderne”, lui rendant grâce d’avoir fait financer par Sciences-Po le char d’une association gay et lesbienne à la Gay-Pride…»

Très proche de Guillaume Pépy, énarque,aujourd’hui directeur de la SNCF, qui fut son témoin de mariage, il a épousé, le 27 mai 2004, à la surprise générale, avec son «égérie» ( Le Nouvel économiste), Nadia Marik, à qui il avait fait passer le «grand oral» de l’Ena. Eneffet, il n’hésitait pas jusqu’alors «à déclarer en amphi qu’il était “le premier pédé de Sciences-Po”» ( Le Point , 9 mars 2007). De ses précédents mariages, Nadia Marik a eu trois enfants (mariages semble-t-il avec le journaliste Georges Ghosn et Granier-Deferre).

Cette dernière, énarque, premier conseiller detribunal administratif, directrice adjointe de l’Institut d’études politiques (relations avec les entreprises), ancienne secrétaire nationale de l’UMP à l’enseignement supérieur. Ce qui n’a pas manqué de lui offrir des ouvertures en direction du parti présidentiel.

On le retrouve,en 2007, à La Diagonale, le club des «sarko-zystes de gauche», comme invité le 23 janvier, aux très sulfureux Bains-Douches, «sa discothèque préférée», pour un exposé sur l’éducation supérieure. Dès 2004, son nom est évoqué pour succéder au philosophe Luc Ferry, ministre de l’Education nationale. Son nom sera à nouveau prononcé en 2007 (comme Haut commissaire àl’Egalité des chances et à la Discrimination positive) et en 2009, comme possible ministre de l’Education nationale ou de l’Enseignement supérieur.

Le réformateur de Sciences-Po milite de longue date à Aides (lutte anti-sida): «Leweek-end, il distribue des préservatifs dans les bars et boîtes de nuit, la semaine, il reprend son costume gris […] Passionné, angoissé, ambitieux, l’homme déborde d’excès. Boulimique, à la fois de travail, d’amour et d’affection, il recherche le regard des autres. Il agit comme si demain était son dernier jour […]

Provocateur, il s’amuse à repousser les limites. Enfermé le jour dans les codes parisiens, il se montre dans l’univers de la nuit. Avide de liberté, il assume sa vie privée (Le Nouvel économiste, 7novembre 2003).»«Certains jurent l’avoir vu danser nu comme un vers sur une table, dans une boîte de nuit de Berlin, lors d’un voyage de fin d’études. Un témoin rectifie: “Il faisait chaud. On avait un peu trop bu. Il a dansé torse nu. Ce n’est quand même pas l’enfer” Rien de sulfureux en tout cas pour qui connaît l’ambiance soirées des grandes écoles…

Sauf quand on est à Science-Po et que l’homme est conseiller d’Etat (Le Nouvel observateur , 7 novembre 2002).»A l’occasion, il fréquente également les loges: on le retrouve, par exemple, le 22 novembre 2006, devant la loge L’Action socialiste (Grand Orient de France), sur La Refondation du pacte républicain, et le 10 mai 2007, devant la loge L’Union philanthropique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) du Grand Orient de France, afin de plancher sur La Discrimination positive." (fin de citation)

PORTRAIT (Faits & Documents, Lettre Confidentielle d'Emmanuel Ratier)
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22


Retour vers ACTUALITE

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 7 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->
cron