L'Iran : bombe nucléaire , terrorisme , etc !

Re: L'Iran : bombe nucléaire , terrorisme , etc !

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 30 Nov 2013 20:01

A chacun de se faire son idée! (j'ai placé l'interview de Chauprade initialement ici, dans le fil Syrie, puisqu'il y parle surtout de ça)


Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

...
 

Re: L'Iran : bombe nucléaire , terrorisme , etc !

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 17 Jan 2014 15:52

Il n'y a pas plus d' "Al-Qaida" que de beurre-au-c....(sauf pour les naïfs)....Voilà avec quels assassins, sommes nous collés, à cause des pourris qui nous gouvernent
(ou nous ont "gouvernés", comme le Nabot-plus-menteur-que-moi-tu-meures, remplacé par Flamby-la-zigounette-qui-tire-sur-tout-ce-qui-bouge....à leur "décharge"
si j'ose dire ;) ne sont-ils que des pantins, eux-mêmes dans la main des réels décideurs!)


Image


Poutine pourrait riposter à l’attaque de l’Arabie saoudite à Volgograd


Les services de enseignement russes auraient obtenu des preuves solides impliquant directement l’Arabie saoudite dans le double attentat terroriste qui a frappé la ville de Volgograd.

Les attaques ont tué plus de 32 personnes et blessé plus de 100 autres. La plupart des victimes étaient des civils.

Selon une source officielle russe informelle, rapporté par l’agence Fars, le service fédéral de sécurité de Russie (FSB) a informé le président Vladimir Poutine du lien entre l’Arabie saoudite et le massacre de Volgograd.

Ce ne serait pas une surprise pour Poutine ; le dirigeant russe a été averti par le chef du renseignement saoudien, le prince Bandar Bin Sultan, lors d’une réunion privée houleuse de quatre heures en juillet dernier, que des terroristes wahhabites basés dans la région russe du Nord-Caucase cibleraient les jeux Olympiques d’hiver de Sotchi.

Volgograd est un carrefour reliant Moscou avec le territoire sud de la Russie et en particulier, la ville balnéaire de Sotchi au bord de la mer Noire, où les jeux Olympiques d’hiver doivent débuter à partir du 7 février.

Le double attentat dans le réseau de transport de Volgograd les 29 et 30 décembre sont manifestement une attaque contre le pays organisateur des jeux Olympiques.

L’attentat a causé la mort de plusieurs femmes et enfants, et dans la foulée le président Poutine est apparu livide sur les écrans, affirmant son dégoût envers ces attaques. Il a ainsi déclaré qu’il n’y avait aucune justification que ce soit, pour le meurtre de civils innocents et il a promis de « détruire les terroristes » derrière les attentats.

Cela soulève une question lourde : que va faire Poutine suite aux informations indiquant que les dirigeants saoudiens sont liés aux auteurs du crime de Volgograd ? Car celui-ci peut être interprété comme un acte de guerre.

Il existe des rapports non-confirmés que Poutine et ses officiers supérieurs du renseignement ont déjà élaboré des plans pour détruire systématiquement le soutien de l’Arabie saoudite au terrorisme sur le territoire russe.

L’attaque de Volgograd est la dernière d’une longue série d’actes terroristes liés aux extrémistes du Nord-Caucase, parrainé par les saoudiens. En octobre, un autre attentat suicide sur un autobus bondé à Volgograd a fait six morts.

Le groupe que l’on croit être derrière ces attaques, connu sous le nom de califat du Caucase, est dirigé par Doko Oumarov. L’Arabie saoudite, qui est un important bailleur de fonds de celui-ci, épouse la même idéologie fondamentaliste que les Takfiris parrainés par le royaume et opérant en Syrie, au Liban, au Pakistan, au Yémen et en Irak.

Basé en Tchétchénie et au Daghestan, Oumarov a publiquement déclaré que « tous les moyens nécessaires seraient utilisés pour faire déraper » les jeux Olympiques de Sotchi.

Auparavant, le même réseau s’était rendu coupable d’attentats-suicides causant des dizaines de morts dans le métro de Moscou en 2010 et 2011.

Les extrémistes du Caucase sont connus pour bénéficier du soutien logistique des services secrets américains et saoudiens.

En effet, depuis le début des années 1990, après l’éclatement de l’Union soviétique, les Américains et les Saoudiens ont appliqué la tactique utilisée avec le réseau d’Al-Qaïda en Afghanistan, dans les territoires sud de la Russie, comme un moyen de déstabiliser Moscou. L’un des architectes de ce plan était l’ancien chef de la CIA William Casey. Ces opérations clandestines américaines et saoudiennes ont permis d’alimenter les deux guerres de Tchétchénie de 1994-1995 et 1999-2000.

Bien que Moscou ait depuis réussi à maîtriser la violence à grande échelle dans le califat du Caucase, il y demeure une puissante source de terrorisme et de sabotage, comme la dernière attaque à Volgograd l’atteste.

L’affirmation du chef de l’espionnage saoudien Bandar que les Jeux de Sotchi courraient un risque d’attaque par des groupes terroristes basés au Caucase n’était donc pas une vaine menace.

Rétrospectivement, ses mots apparaissent comme un aveu. Bandar se serait vanté auprès de Poutine : « Nous contrôlons les militants du Caucase. » Cela implique que l’Arabie saoudite peut dicter la conduite de ces groupes terroristes, et la place comme principal commanditaire d’une série de crimes que la Russie a subis depuis vingt ans, le dernier en date à Volgograd.

On ne sait pas quels éléments de preuve précis les renseignement russes ont récemment découvert qui mettent en évidence la participation de l’Arabie saoudite dans le massacre de Volgograd. Mais en plus des vantardises de Bandar, il existe des preuves importantes.

Un des kamikazes du double attentat de Volgograd a été identifié comme le ressortissant russe Pavel Pechyonkin. Il a voyagé en Syrie l’année dernière et a combattu dans les rangs des extrémistes soutenus par les Saoudiens qui tentent de renverser le gouvernement de Bachar el-Assad.

Beaucoup d’autres ressortissants russes ont également été recrutés par des commanditaires saoudiens afin d’obtenir un changement de régime par la guerre en Syrie. Peut-être est-ce en Syrie que le kamikaze de Volgograd a été recruté.

Si les Russes ont acquis des preuves tangibles de collusion entre l’Arabie et le terrorisme sur leur sol, cela constitue une base légale pour la Russie d’envisager des représailles en vertu du principe de légitime défense.

Dans une deuxième rencontre entre Bandar et Poutine, le président russe aurait déclaré au Saoudien en des termes explicites que son soutien au terrorisme était « une arme à double tranchant » qui se retournerait contre ceux qui l’exercent.

Depuis plusieurs années, l’Arabie saoudite a pris le chemin du terrorisme d’État afin de perturber ses voisins du Moyen-Orient. La Syrie, le Liban et l’Irak n’en sont que les dernières victimes. Les Saoudiens ont fait cela en toute impunité au service de l’impérialisme américain, tout comme l’Israël sioniste a également fonctionné comme un syndicat du crime impérial.

L’Arabie saoudite a peut-être manipulé une épée à double tranchant trop imprudemment. Elle a apparemment été prise en flagrant délit dans un attentat contre l’ours russe. Le prince Bandar, nous pouvons en être sûrs, devra procéder à partir de maintenant à plus de vérifications sous sa voiture...

Source:
http://www.presstv.ir/detail/2014/01/13 ... di-rulers/
(traduction E&R)
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Re: L'Iran : bombe nucléaire , terrorisme , etc !

Message non lupar avechelice » 17 Jan 2014 16:47

Salut,

Arabie Saoudite .. et terrorisme ? .. secret de Polichinelle :mrgreen:
Depuis un certain 11 Septembre .. tout le monde sais que l'Arabie Saoudite est le principal finnancier de certains mouvements terroristes a travers le monde .. eux même manipulés par les USA et une autre (petite ??) puissance que je laisserai a Dieudonné le soin de définir :D

A+
Avatar du Gaulois
avechelice
 
Messages: 1210
Inscrit le: 09 Nov 2011 19:29

Re: L'Iran : bombe nucléaire , terrorisme , etc !

Message non lupar Hyères-Le-Palyvestre » 17 Jan 2014 20:10

Jusqu'où descendrons-nous, à cause des mafieux que nous avons laissés s'emparer de tous les pouvoirs, par veulerie collective, dans notre pauvre pays, la France?!

Le silence et la trahison qui valaient 3 milliards de dollars
par Thierry Meyssan
Mais pourquoi donc l’Arabie saoudite a t-elle décidé d’équiper l’Armée libanaise de 3 milliards d’armement français, alors que durant les dernières semaines ses relais au Liban ne cessaient de dénoncer le slogan « Peuple-Armée-Résistance » et de mettre en cause la collusion entre militaires et Hezbollah ? Et si cette soudaine générosité était le prix du silence libanais, celui de l’oubli des centaines de victimes du terrorisme saoudien au pays du Cèdre, et de la trahison française de ses engagements au Proche-Orient ?


Image


Réception du président Hollande par Son Altesse Royale le Serviteur des Deux Saintes Mosquées, Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud, en présence des membres de son conseil.
a visite de François Hollande —accompagné de 30 patrons de grandes entreprises— en Arabie saoudite, les 29 et 30 décembre 2013, devait porter principalement sur des questions économiques et sur l’avenir de la Syrie et du Liban. Les questions de politique internationale devaient être discutées à la fois entre Français et Saoudiens, mais aussi en présence de leaders libanais, le président Michel Sleiman et l’ancien Premier ministre libano-saoudien Saad Hariri (considéré comme membre biologique de la famille royale), ainsi que le président de la Coalition nationale syrienne, le Syro-Saoudien Ahmad Assi Jarba [1]

Au cours de la visite, l’Arabie saoudite annonça soudainement offrir 3 milliards de dollars d’armement français à l’Armée libanaise. Cette générosité intervient hors du calendrier pré-établi, alors qu’une conférence internationale doit, en février ou mars, collecter de l’argent pour le Liban en général et son armée en particulier. Jamais le Liban n’avait reçu un tel don.

L’annonce a été faite solennellement par le président libanais, Michel Sleiman. Ce général, qui était devenu chef d’état-major de l’Armée libanaise pour que d’autres n’accèdent pas à ce poste, a été imposé président pour les mêmes raisons par la France et le Qatar. Son élection par le Parlement est anticonstitutionnelle (article 49 [2]) et ses fonctions ne lui furent pas remises par son prédécesseur, mais par l’émir du Qatar. Lors de son intervention télévisée au peuple libanais, le président Sleiman se réjouit du « makrouma » royal, c’est-à-dire du don que le souverain avait fait à son serviteur et, de manière incongrue, il conclut par un « Vive l’Arabie saoudite ! ».

Cette annonce a été vivement saluée par l’ancien Premier ministre Saad Hariri qui s’est efforcé d’y voir le premier pas vers un futur désarmement du Hezbollah.

La décision de Riyad ne peut que surprendre : en effet, au cours des derniers mois, le camp pro-saoudien du 14-Mars, Saad Hariri en tête, n’a cessé de critiquer la proximité entre l’Armée et le Hezbollah.

Dans les jours suivants, une vaste campagne d’affichage sur les murs de Beyrouth célébrait l’amitié entre le Liban et l’Arabie saoudite, qualifiée de « Royaume du Bien » (sic).

À vrai dire, cette affaire n’a aucun sens.

Pour la comprendre, il aura fallu attendre quelques jours.


Majed al-Majed a reconnu lors de son arrestation être un officier des services secrets saoudiens, placé sous l’autorité directe du prince Bandar Ben Sultan. Il dirigeait une branche d’Al-Qaïda et assurait le lien entre celle-ci et de hautes personnalités du Proche-Orient.
Le 1er janvier 2014, soit quatre jours après l’annonce saoudienne, on apprenait que l’Armée libanaise avait arrêté Majed al-Majed, un ressortissant saoudien chef des Brigades Abdallah Azzam, une branche d’Al-Qaida au Liban.

Mais on apprenait un peu plus tard que cette arrestation avait eu lieu grâce à une alerte de l’Agence de renseignement de la Défense états-unienne (DIA), le 24 décembre. Washington avait alors informé l’Armée libanaise que Majed al-Majed venait d’être hospitalisé pour subir une dialyse. L’Armée libanaise fut rapide à le localiser à l’hôpital Makassed, et l’aurait arrêté lors de son transport en ambulance vers Ersal, le 26 décembre, c’est-à-dire trois jours avant l’annonce saoudienne.

Durant plus d’une semaine, l’arrestation du leader d’Al-Qaida au Liban fut un secret d’État. Le Saoudien était officiellement recherché par son pays pour terrorisme, mais officieusement il était considéré comme un agent des services de renseignement saoudiens placé sous les ordres directs du prince Bandar Ben Sultan. Il avait reconnu publiquement avoir organisé de nombreux attentats, dont celui contre l’ambassade d’Iran à Beyrouth, le 19 novembre 2013, qui avait fait 25 morts. C’est pourquoi, l’Armée libanaise informa Riyad et Téhéran de sa prise.

Parmi les affaires intéressant le Liban, Majed el-Majed joua un rôle important dans l’organisation d’une armée jihadiste, le Fatah al-Islam.
En 2007, ce groupe tenta de soulever les camps palestiniens du Liban contre le Hezbollah et de proclamer un émirat islamique au Nord du pays. Cependant, son commanditaire, l’Arabie saoudite, le laissa tomber sans préavis à la suite d’une rencontre entre le président Ahmadinejad et le roi Abdallah. Furieux, les jihadistes se présentèrent eux-mêmes en armes à la banque des Hariri pour y être payés. Après quelques affrontements, ils se replièrent au camp de Nahr el-Bared, dont l’Armée libanaise fit le siège. À l’issue de plus d’un mois de combats, le général Chamel Roukoz [3] donnait l’assaut et les écrasait. Durant cette guerre anti-terroriste, l’Armée libanaise perdit 134 soldats [4].

Majed al-Majed était en contact personnel, direct et secrets, avec de nombreux dirigeants politiques arabes et occidentaux. Devant les enquêteurs, il a eu le temps de confirmer son appartenance aux services secrets saoudiens. Il est clair que ses aveux pouvaient être de nature à bouleverser la politique régionale. Particulièrement s’il avait incriminé l’Arabie saoudite ou le 14-Mars libanais.

Le vice-président de la Commission parlementaire iranienne de la Sécurité nationale évoquait une proposition saoudienne de 3 milliards de dollars pour ne pas enregistrer les aveux de Majed al-Majed et pour l’extrader vers Riyad [5]. Le quotidien Al-Akhbar, avançait que le détenu était de toute manière en danger de mort et risquait d’être supprimé par ses commanditaires pour s’assurer qu’il ne parle pas [6].

Le lendemain de cet éditorial, l’Armée libanaise annonçait sa mort. Le corps de Majed el-Majed était autopsié, mais contrairement à la procédure pénale, par un seul médecin. Celui-ci concluait à un décès des suites de sa maladie. Sa dépouille était transférée en Arabie saoudite et enterrée en présence de sa famille et de celle des Ben Laden.

L’Iran exige des explications plus claires du Liban sur l’arrestation et la mort de Majed al-Majed. Mais sans trop d’insistance car le président Rohani tente par ailleurs de se rapprocher de l’Arabie saoudite.

C’est la sixième fois que le chef d’une organisation terroriste pro-saoudienne opérant au Liban échappe à la justice. Ce fut ainsi le cas de Chaker Absi, d’Hicham Kaddoura, d’Abdel Rahmane Awadh, d’Abdel Ghani Jawhar et plus récemment d’Ahmad al-Assir.


François Hollande et le milliardaire Saad Hariri à Riyad. En arrière plan, les ministres Jean-Yves Le Drian et Laurent Fabius.
Quoi qu’il en soit, si le roi Abdallah a bien déboursé 3 milliards de dollars, bien peu arriveront à l’Armée libanaise.
Premièrement, cette somme inclut traditionnellement les « libéralités » royales à ceux qui ont servi le souverain. Ainsi, conformément au Protocole, le président Michel Sleiman a t-il immédiatement reçu, à titre personnel, 50 millions de dollars, et le président François Hollande une somme proportionnelle à sa fonction, dont on ignore le montant ainsi que s’il l’a acceptée ou non. Le principe saoudien de la corruption s’appliquera identiquement à tous les dirigeants et hauts-fonctionnaires libanais et français qui ont participé et participeront à la transaction.
Deuxièmement, l’essentiel de la somme sera versé au Trésor public français, charge à la France de transférer au Liban des armes et de la formation militaire. Il s’agit là de la rétribution de l’engagement militaire secret de la France, depuis 2010, pour fomenter des troubles en Syrie et renverser l’alaouite Bachar el-Assad que le Serviteur des Deux Saintes Mosquées ne peut accepter comme président d’une terre à majorité musulmane [7]. Cependant, comme il n’existe pas de catalogue des prix, Paris évaluera selon son bon vouloir ce que représente cette donation. De même que Paris choisira le type d’armes et de formation qu’il donnera. D’ores et déjà, il n’est pas question de fournir de matériel qui puisse ultérieurement être utilisé pour résister efficacement à l’ennemi principal du Liban, Israël.
Troisièmement, si cet argent n’est pas fait pour aider l’Armée à défendre le pays, c’est qu’il est destiné au contraire à la diviser. L’Armée libanaise était jusqu’ici le seul corps à la fois intègre et multi-confessionnel du pays. Les formations qui seront dispensées par la France viseront à « franciser » les officiers, plus qu’à leur transmettre un savoir-faire. L’argent restant sera utilisé à construire de belles casernes et à acheter de belles voitures de fonction.

Toutefois, la donation royale risque de ne jamais parvenir du tout au Liban. En effet, selon l’article 52 de la Constitution [8], pour être perçu, le don doit être approuvé d’abord par le Conseil des ministres, puis soumis au Parlement. Or, le cabinet démissionnaire de Najib Mikati ne s’est pas réuni depuis 9 mois et n’a donc pas pu transmettre cet accord au Parlement pour qu’il le ratifie.

Présentant l’accord aux Libanais, le président Michel Sleiman a cru bon de préciser, sans qu’on lui demande, que les négociations de Riyad n’ont aucunement porté sur un possible ajournement de l’élection présidentielle et une prorogation de son mandat, ni sur la composition d’un nouveau gouvernement. Cette précision fait sourire, tant il est évident que ces points étaient au centre des discussions.

Le président s’est engagé auprès de ses interlocuteurs saoudiens et français à former un gouvernement de « technocrates », sans chiites, ni druzes, et à l’imposer au Parlement. Le terme « technocrate » s’applique ici à de hauts-fonctionnaires internationaux qui ont fait leur carrière à la Banque mondiale, au FMI etc. en montrant leur docilité à la doxa états-unienne. Il faut donc comprendre que le gouvernement sera composé de pro-US, dans un pays où la majorité résiste à l’Empire. Mais ne peut-on pas se trouver une majorité au Parlement avec 3 milliards de dollars ?

Malheureusement, le prince Talal Arslane, héritier des fondateurs de la principauté du Mont-Liban au XIIe siècle et président du Parti démocratique, a immédiatement pris à parti le président Sleiman en lui rappelant que, conformément à l’Accord de Taëf [9], l’Exécutif est aujourd’hui le monopole du Conseil des ministres [10] et que celui-ci doit refléter la composition confessionnelle du pays [11]. Dès lors, un gouvernement de technocrates constitue une violation de cet accord et le président Sleiman serait considéré comme un putschiste, indépendamment de sa capacité à corrompre le Parlement.

L’affaire ne se termine probablement pas là : le 15 janvier, l’Armée libanaise arrêtait dans un raid à la frontière syrienne, Jamal Daftardar, un des lieutenants de Majed al-Majed.

Le président François Hollande sera certainement désolé de l’échec de son homologue libanais à vendre son pays pour 50 millions de dollars, mais vu de Paris, la seule chose qui compte c’est la répartition des 2 999 950 000 dollars restants.

Thierry Meyssan

Source:
http://www.voltairenet.org/article181767.html
Avatar du Gaulois
Hyères-Le-Palyvestre
 
Messages: 1411
Inscrit le: 24 Mars 2012 03:22

Précédent

Retour vers SOCIETE

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 13 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->