Le dernier des Tontons flingueurs est mort

Le dernier des Tontons flingueurs est mort

Message non lupar Berurix » 09 Oct 2018 20:08

Venantino Venantini, le dernier des « tontons flingueurs », est mort

Image


L’acteur de 88 ans avait joué dans plus de 150 films en France et en Italie. Depuis quelques années, il se consacrait surtout à la peinture.

Beau gosse, l’allure classe, digne du pays où il était né, le comédien italien Venantino Venantini dont le visage dira probablement plus que le nom, s’est éteint mardi 9 octobre à l’âge de 88 ans.
Particulièrement connu en France pour avoir incarné Pascal, l’homme de main flegmatique, « à la présence tranquillisante », du gangster « le Mexicain » dans Les Tontons flingueurs (1963), film de Georges Lautner, dont il était le dernier survivant de la bande, Venantino Venantini a mené une carrière de chaque côté des Alpes. Tournant aussi bien sous la direction d’Ettore Scola, Lucio Fulci, Dino Risi, Joe Damato…. que celle de Claude Lelouch, Edouard Molinaro, Jean Yanne, Christian-Jaque ou Georges Lautner.

Né le 17 avril 1930 dans la province d’Ancône, Venantino Venantini avait quitté l’Italie pour suivre les cours de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts à Paris et devenir peintre. Pour financer ses études, il court les castings dans l’espoir de décrocher des petits rôles de figurant au cinéma. C’est ainsi qu’il se retrouve sur les plateaux de Ben-Hur, Quo Vadis, Cléopâtre et se fait repérer par le réalisateur italien Franco Rossi qui lui offrira son premier vrai rôle dans L’Odyssée nue en 1961.

Il n’en faut guère plus à ce garçon bourré d’un charme discret et élégant pour plaire à d’autres cinéastes. Georges Lautner est de ceux-là, qui le fera tourner dans six autres de ses longs-métrages : Des pissenlits par la racine, Galia, La Grande Sauterelle, Attention, une femme peut en cacher une autre… Mais c’est avec Les Tontons flingueurs que l’acteur se forge une image de second couteau populaire avec ce rôle de « première gâchette » drôlissime, porte-flingue au verbe soigné et à la détente rapide. En 1965, il revient en « Mickey le bègue » dans Le Corniaud de Gérard Oury, nouvelle occasion pour l’acteur d’imposer sa silhouette auprès du grand public.

La filmographie de Venantino Venantini s’enrichit des propositions qui lui sont faites, autant en Italie qu’en France dont il parle la langue couramment, avec ce léger accent transalpin qui plaît aux femmes. Mais aussi de genres aussi diverses que la comédie, le péplum, le fantastique, le western spaghetti, le polar, le drame. L’acteur touche à tous les rôles, donne la réplique à Louis de Funès, Bourvil, Jean-Paul Belmondo, Sophia Loren, Marcello Mastroianni sans sourciller, se plie à des choix d’amitié autant que d’admiration.

Quand le cinéma le boude, Venantini joue aussi pour la télévision dans des séries comme Franck Riva avec Alain Delon, Mafiosa ou Greco. Et revient dans les salles à la fin des années 2000, avec Nos 18 ans, de Frédéric Berthe ou J’ai toujours rêvé d’être gangster (2007), de Samuel Benchetrit. Peintre, c’est pourtant ce qu’il avait rêvé de devenir. Ces dernières années, il s’y était consacré. Ses toiles, en 2015, avaient été exposées à la mairie du 9e arrondissement à Paris.


https://www.lemonde.fr/disparitions/art ... _3382.html

A l'affût sous les arbres, ils auraient eu leur chance, seulement de nos jours il y a de moins en
moins de techniciens pour le combat à pied, l'esprit fantassin n'existe plus ; c'est un tort.
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2273
Inscrit le: 31 Mai 2011 00:33

...
 

Pub

T'as un avis gaulois ? Viens faire entendre ta voix avant de la donner ... INSCRIPTION
 

Retour vers CINEMA

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 6 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->