Disparition de Denis Lalanne, grande plume du rugby

Disparition de Denis Lalanne, grande plume du rugby

Message non lupar AL40 » 07 Déc 2019, 13:45

Le journaliste et écrivain Denis Lalanne est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 93 ans.

Il était notamment l'auteur du Grand Combat du XV de France, relatant la tournée des Bleus en Afrique du Sud en 1958 et du Temps des Boni.

Image

Une grande figure historique de L'Équipe s'en est allée. Denis Lalanne, journaliste et écrivain, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, à l'âge de 93 ans.
Né à Pau en 1926, il avait commencé sa carrière à La République des Pyrénées, avant de rejoindre Paris. Passé par Le Figaro, il avait ensuite rejoint L'Équipe, où il allait devenir une référence,
couvrant pendant une quarantaine d'années le rugby, le tennis, le golf et parfois l'athlétisme, sport qu'il avait pratiqué. Retraité depuis 1991, il continuait à écrire des chroniques pour Midi Olympique.

Denis Lalanne était également réputé pour ses talents d'écrivain. En 1958, il avait publié Le Grand Combat du XV de France, livre culte de toute une génération d'amateurs de rugby qui racontait
l'épique tournée estivale des Bleus de Lucien Mias en Afrique du Sud. Ce livre est devenu rapidement un best-seller, réédité à plusieurs reprises.

Il avait ensuite notamment écrit La Peau des Springboks, sur la tournée 1964, Le Temps des Boni où il racontait les frères Boniface, Rue du Bac qui évoquait son ami Antoine Blondin,
et récemment Dieu ramasse les copies. Ce roman, son dernier ouvrage, lui avait valu d'être lauréat du Prix de l'Académie Française, qui devait lui être remis le 12 décembre.


https://www.lequipe.fr/Medias/Actualite ... by/1087672

" Dans tout pack irlandais qui se respecte, il y a un ecclésiastique de service pour balancer avec componction ses uppercuts au menton des mécréants d'en face "
(Loys van Lée, cité par Denis Lalanne dans le temps des Boni)

Image Image
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 713
Inscrit le: 30 Mai 2011, 22:21

...
 

Re: Disparition de Denis Lalanne, grande plume du rugby

Message non lupar Pilotix » 07 Déc 2019, 16:10

Bel hommage, de la même veine que les Blondin, Sacco ou Rives (qui lui vit heureusement toujours et plutôt bien !) C'est la fin d'une époque formidable de journalistes écrivains qui laissent la place à des Ken & Barbie sans ame ni culture.
Pilotix
 
Messages: 3339
Inscrit le: 08 Sep 2014, 10:18

Re: Disparition de Denis Lalanne, grande plume du rugby

Message non lupar Dany7 » 07 Déc 2019, 20:42

Et pour son langage, il a été de la même veine que Pierre Albaladejo ou Roger Couderc.
Sans offloads, sans turnover, sans rucks, sans one man ruck, sans money time, sans match winner.
Il parlait du rugby français en Français, c'était bien plus beau qu'aujourd'hui.
Dany7
 
Messages: 1047
Inscrit le: 21 Fév 2014, 09:49

Re: Disparition de Denis Lalanne, grande plume du rugby

Message non lupar AL40 » 11 Déc 2019, 01:15

Un autre bel hommage : " Denis Lalanne : mort d’une légende du journalisme sportif "

Extraits :

Le Dab, ainsi que l'appellent les joueurs du Racing Club, est une légende vivante du rugby, « seizième homme du Quinze de France », selon le titre que lui décerna Antoine Blondin.
La fête organisée pour ses 90 ans, il y a trois ans, réunissait, excusez du peu, 17 capitaines de l'équipe de France et 95 joueurs internationaux, hommage des chevaliers de la pelouse à leur “ Froissart ” qui a su donner vie à leurs exploits.

Aux côtés du même Blondin mais aussi de Robert Roy, Roger Couderc ou Jean Cormier, il est l'un des grands officiers de plume de l'épopée ovale des années cinquante et soixante, et principalement de la page la plus héroïque du Quinze de France : cette fameuse tournée sud-africaine de l'été 1958 sous la conduite de Lucien Mias et la victoire par 9 à 5 face aux Springboks. Le rugby, à l'époque, ne bénéficiait pas en France de l'engouement qu'on lui connaît aujourd'hui.
De retour d'Afrique du Sud, Lalanne écrira en un mois le Grand combat du Quinze de France dont il confiera le manuscrit à son copain Blondin, au risque qu'il finisse sur une banquette d'un bistrot de la rue du Bac, ou pourquoi pas dans la Seine.
Mais le livre fut bel et bien publié à La Table ronde en 1959 et, n'en déplaise à la modestie de notre chroniqueur, il donnera ses lettres de noblesse au journalisme sportif et contribuera à hisser celui-ci au rang des beaux-arts.[...]

Le rugby qu'il a connu, c'est « la petite sueur des pauvres », « le jeu des braves gens » qui auraient rougi « de le voir compter ses clients et ses sous », selon les mots de Kléber Haedens.
C'est le rugby d'un André Boniface, symbole du jeu à la française tout en audace, improvisation et attaque, ce “ french flair ” né chez les mômes de Montfort-en-Chalosse, dans les Landes, et d'ailleurs.
Des mômes qui ont commencé à jouer avec des bérets bourrés de journaux en guise de ballon, et ont toujours mis un point d'honneur à n'être pas payés pour cela, et à être présents au travail le lundi matin à 8 heures,
quel que soit le lieu où ils jouaient la veille ou l'avant-veille.

C'était l'époque des matchs “ virils mais corrects ” où certains curés trouvaient dans les Évangiles de quoi expliquer aux joueurs qu'il valait mieux donner que recevoir.
L'époque enfin où un Walter Spanghero pouvait se faire exploser le nez dans une mêlée ouverte et déclarer tranquillement sous la douche : « Heureusement que j'ai le nez. Sans ça, je la prenais en pleine gueule ! »

La télévision, sa maudite exigence d'audience et la professionnalisation qu'elle entraîna changeront tout. Le premier match international joué en nocturne valut ce commentaire désabusé d'un chroniqueur anglais :
« Le match s'est joué à l'heure où tout joueur de rugby qui se respecte se devait d'être au bar. » Fin d'une époque.


https://www.valeursactuelles.com/clubva ... tif-108021
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 713
Inscrit le: 30 Mai 2011, 22:21


Retour vers RUGBY

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 3 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->