Quel avenir pour Air France ?

Incidents , compagnies , constructeurs , voyages , vos questions ...

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar didier » 18 Août 2018 09:12

Le clown blanc et l'Auguste sont de retour :lol:
didier
 
Messages: 1104
Inscrit le: 10 Juin 2011 09:08

...
 

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 19 Août 2018 11:00

Un responsable de la compagnie rappelle, par ailleurs, que les commandants de bord de KLM sont parmi les mieux payés au monde alors qu’ils ne volent pas le plus. Selon une récente étude du bureau HKP Group, le pilote d’un long courrier de KLM gagne 291 000 euros par an pour 646 heures de vol. La moyenne des grandes compagnies européennes est de 235 000 euros pour 652 heures. Celle des compagnies du Moyen-Orient et d’Afrique de 160 000 euros pour 733 heures.

Et tu peux rajouter le mille feuille des empilements de fonctions ( salaires et primes ) des chiban's de la nasa qui passent leur temps à comploter ou pondre des notes entre 2 LC / mois souvent sur desidérata ! Bref esperons que Ben va leur boter le cul .
https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html
Pilotix
 
Messages: 2840
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Berurix » 19 Août 2018 23:49

didier a écrit:Le clown blanc et l'Auguste sont de retour :lol:


Question retour, Monsieur est connaisseur ! :D
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2255
Inscrit le: 31 Mai 2011 00:33

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 23 Août 2018 19:13

Air France toujours sans tête

Le Comité central d’entreprise de la compagnie aérienne Air France de jeudi prochain ne semble pas devoir déboucher sur une nomination à sa tête, le futur CEO du groupe Air France-KLM Benjamin Smith poursuivant ses rencontres avec les différents acteurs.

Aucune nouvelle rumeur sur le futur Directeur général de la compagnie nationale française ne circule, et la réunion du CCE le 30 aout 2018 ne devrait rien y changer. Le ministère des transports a bien annoncé hier qu’une rencontre avait eu lieu entre Elizabeth Borne et Ben Smith, mais selon un porte-parole « il s’agissait d’un premier tour d’horizon des sujets du groupe suite à l’annonce de sa nomination ». Si le numéro 2 d’Air Canada a été nommé la semaine dernière au poste de CEO d’Air France-KLM (il doit prendre ses fonctions officiellement d’ici la fin septembre), le reste de la gouvernance du groupe est toujours dans la balance. Pas de président non-exécutif du groupe franco-néerlandais, même si Anne-Marie Couderc – qui avait pris la tête du groupe par intérim après la démission du PDG Jean-Marc Janaillac – est une possibilité, et toujours pas de directeur général pour les deux plus grosses filiales : Air France donc, où Franck Terner serait sur le départ, et KLM Royal Dutch Airlines où l’actuel PDG Pieter Elbers devrait être reconduit, probablement avec des pouvoirs étendus dans le groupe. La low cost Transavia ne semble pas concernée par ces problèmes de gouvernance.

Côté syndicats, le caractère « légèrement » xénophobe du tract concernant Ben Smith n’a pas plu à tout le monde. Grégoire Aplincourt, président du Syndicat des pilotes d’Air France (SPAF), deuxième dans la compagnie de l’alliance SkyTeam derrière le SNPL majoritaire, a déclaré dans Challenges : « Je ne vois pas pourquoi on ne veut pas d’un PDG canadien, on ne veut pas d’un énarque. On attend de le rencontrer, je ne le connais pas ». Et l’augmentation de salaire de Ben Smith par rapport à celui de Jean-Marc Janaillac ne déclenche pas l’ire de tout le monde : « Sorti du contexte social et économique, qu’un dirigeant d’un groupe comme Air France-KLM ait un salaire comme nos principaux concurrents ne me choque pas », explique dans le même article une source dont l’organisation fait partie de l’intersyndicale.

La nomination de Ben Smith semble avoir été bien mieux accueillie chez les tour-opérateurs, dont Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde : interrogé par Tour Hebdo, il explique que « ne pas être français sera un atout pour lui, il ne subira pas les mauvaises influences de l’Etat actionnaire » en matière de stratégie notamment.[...]

Rappelons que l’intersyndicale se réunira lundi prochain pour décider de la suite à donner sur le conflit salarial chez Air France, après avoir mené quinze jours de grève au premier semestre. Faute d’interlocuteur, et malgré les menaces proférées avant même la nomination de Ben Smith, elle pourrait reporter à plus tard toute décision sur une nouvelle grève. Ou pas, vu les échéances électorales qui approchent chez ces mêmes syndicats…


http://www.air-journal.fr/2018-08-23-ai ... 03393.html
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 616
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 13 Sep 2018 17:09

Air France : les 100 pilotes les mieux payés perçoivent 300 000 euros par an


http://www.liberation.fr/france/2018/09 ... an_1678283

il y en a meme un qui ose ecrire 4a !!!
«Chez Air France, un commandant de bord qui officie sur un avion moyen-courrier est payé 40% moins cher que dans une compagnie du Golfe persique.»


HDV MC AF moins de 650 , HDV chez les bedouins 850 minimum
Pilotix
 
Messages: 2840
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Rotule » 16 Sep 2018 10:42

Je ne suis pas spécialiste du sujet, mais il m'intéresse et je viens de trouver ceci par hasard:

"CA Y EST: GOLDMAN SACHS ET DELTA ONT UN PIED CHEZ AIR FRANCE POUR SA DESTRUCTION
du 11 au 14 septembre 2018 : Goldman Sachs a mis un pied dans le directoire d'Air France. Il s'agit d'un ancien de la firme, spécialisé des transports aériens via Delta Airlines "George Mattson est membre du Conseil d’administration de Delta depuis 2012. Ancien associé de la banque Goldman Sachs où il a passé 18 ans, il a une expérience solide en M and A, corporate finance et marché de capitaux. Il a également acquis au cours de ces années une bonne connaissance du domaine de l’aérien, des transports et des industries. Il a depuis une activité d’acquisition et de développement de sociétés de taille moyenne".

Ce serait intéressant de savoir QUI a imposé Mr Mattson (membre aussi du hedge funds Star Mountain Capital, lire ici) au sein du conseil d'Air France, pardon, Airfrance (il faut effacer France, ne pas oublier).

En effet, je suis vraiment surpris quand je vois qui sont les gens qui se trouvent au sommet de la compagnie, puisque leur choix montre bien que AF va être éclatée en plusieurs morceaux, avant d'être effacée comme toutes les compagnies aériennes trop nationales, genre Swissair (sabotée exprès, trop parfaite) ou encore Air France arbitrairement fusionnée avec KLM hollandaise à 10.000 pieds de la culture d'entreprise française."

"Le Conseil d'administration d'Air France-KLM a décidé le 2 novembre 2017, sur proposition de son Comité de nomination et de gouvernance, de coopter Madame Anne-Marie Idrac en qualité de nouvelle administratrice indépendante. Cette décision intervient après la prise d’effet, le 3 octobre 2017, de la nomination en qualité d’administrateur de Monsieur Bing Tang, de la société Delta Air Lines Inc. dont le représentant permanent est Monsieur George Mattson".

A nouveau, que vient faire Delta Airlines au Conseil d'Administration d'Air France ???? si ce n'est pour terminer la fusion entre Delta et AirFrance-KLM.
Avatar du Gaulois
Rotule
 
Messages: 454
Inscrit le: 03 Août 2011 09:13

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Teledrone » 18 Sep 2018 10:42

Les Salaires des Pilotes KLM seraient , en moyenne , sensiblement égaux à ceux d'AF, car ils feraient moins d'heures de vol (291 000 euros par an pour 646 heures de vol par mois ) que les pilotes d'AF :

Un responsable de la compagnie KLM rappelle, par ailleurs, que les commandants de bord de KLM sont parmi les mieux payés au monde alors qu’ils ne volent pas le plus. Selon une récente étude du bureau HKP Group, le pilote d’un long courrier de KLM gagne 291 000 euros par an pour 646 heures de vol. La moyenne des grandes compagnies européennes est de 235 000 euros pour 652 heures. Celle des compagnies du Moyen-Orient et d’Afrique de 160 000 euros pour 733 heures.
Pieter Elbers, le patron de KLM, estimait lui-même, il y a quelques semaines, que la compagnie était désormais « en forme et saine » pour fêter son centième anniversaire, en 2019. La branche néerlandaise a, en tout cas, largement contribué aux derniers résultats du groupe Air France-KLM (un résultat d’exploitation de 345 millions d’euros sur le deuxième trimestre de cette année) alors qu’Air France chiffrait à 335 millions sur l’ensemble du semestre le coût des 15 jours de grève qui l’ont affectée.
Une grève éventuelle des pilotes néerlandais représenterait, en tout cas, une difficulté supplémentaire pour Ben Smith, le nouveau patron canadien d’Air France-KLM, déjà confronté aux revendications des syndicats français, qui menacent de lancer un nouveau mouvement à la rentrée.


la revue de presse du Lundi par le représentant des salariés au CA



Benjamin Smith, le nouveau patron canadien d'Air France-KLM, entre en piste

(source Les Échos) 16 septembre - L'heure de l'embarquement a sonné pour Benjamin Smith. Un mois après l'annonce de sa nomination, le nouveau directeur général d'Air France-KLM prend officiellement ses fonctions ce lundi, même si, selon certaines indiscrétions, l'ancien numéro deux d'Air Canada avait déjà commencé à rencontrer les principaux dirigeants du groupe. (...)

Sans être saluée par des hourras, l'arrivée de Benjamin Smith représente un certain soulagement mêlé d'espoir prudent chez Air France-KLM. Elle met formellement fin à une période d'incertitude de quatre mois, ouverte par le vote de rejet du projet d'accord salarial et la démission du PDG, Jean-Marc Janaillac. Elle constitue aussi une promesse de rupture dans l'histoire d'Air France, Benjamin Smith étant à la fois le premier étranger et le plus jeune patron jamais nommé à la tête d'Air France-KLM.

Mais c'est aussi et surtout la première fois qu'Air France-KLM se choisit un professionnel expérimenté, ayant fait toute sa carrière dans le transport aérien. Tous ses prédécesseurs, même s'ils avaient quelques connaissances du secteur, étaient issus de la haute administration française. (...)

D'après quelques témoignages recueillis auprès de salariés d'Air Canada, Benjamin Smith a su se faire apprécier à ses différents postes. Perçu comme un « homme de terrain et de dialogue », « Ben » avait notamment pour habitude de faire la tournée des popotes plusieurs fois par an, pour expliquer ses décisions aux employés d'Air Canada.

A chaque intervention, il insistait notamment sur la nécessité pour chaque salarié, de placer le service au client au cœur des préoccupations. Un sens de la communication qui devrait lui être utile chez Air France-KLM.

Cependant, Benjamin Smith va devoir surmonter des obstacles bien plus redoutables chez Air France-KLM. A commencer par la question des revendications salariales chez Air France. (...)

« Toute tentative visant à repousser la conclusion d'un accord portant sur les salaires sera [...] perçue comme une attitude extrêmement mal venue », prévient le principal syndicat de pilotes SNPL AF, qui met également en garde les dirigeants d'Air France contre la tentation d'attendre début décembre, l'élection d'un nouveau bureau du SNPL AF, « plus conciliant », pour faire des concessions. (...)

Car contrairement à Air Canada - où la direction avait pu imposer aux syndicats une révision à la baisse des accords sans que ces derniers puissent recourir à la grève, dans le cadre de la loi des faillites canadienne -, Benjamin Smith ne pourra rien changer chez Air France sans en passer par un accord avec le SNPL AF.

La création d'une véritable filiale long-courrier à coûts réduits, la poursuite du développement de la filiale low-cost Transavia ou l'achat de nouveaux avions régionaux plus performants pour Hop ! nécessitent notamment d'être négociés et approuvés par le SNPL AF.

Benjamin Smith est également attendu sur la gouvernance d'Air France et de KLM, dirigée respectivement par Franck Terner et Pieter Elbers. Au premier est reproché, à tort ou à raison, l'échec des négociations salariales et une accumulation de difficultés opérationnelles ayant conduit à une multiplication des retards et annulations de vols cet été.

Quant au second, si son bilan à la tête de KLM semble inattaquable, le degré d'autonomie de la compagnie néerlandaise vis-à-vis du groupe, ainsi que le non-respect de l'accord initial sur la répartition de la croissance entre Air France et KLM, sont autant de sources de tensions au sein du groupe. (...)

Cependant, le succès ou l'échec du nouveau patron dépendra aussi des choix du gouvernement sur deux dossiers clefs : la réduction des charges pesant sur Air France et l'éventuelle cession des 14 % du capital encore détenu par l'État. Or, sur ces deux dossiers, les intentions du gouvernement sont encore très floues.

Les Assises du transport aérien, lancées en mars dernier par la ministre des Transports Elisabeth Borne pour réfléchir aux moyens d'améliorer la compétitivité du transport aérien français, tardent à déboucher sur des mesures concrètes. Initialement attendus pour septembre, les arbitrages interministériels ont pris du retard et ses « conclusions » ne seront pas connues, au mieux, avant la mi-octobre. Mais certains évoquent déjà un report à la fin de l'année.

Le diagnostic est pourtant bien connu. Avec des charges sociales et des taxes très supérieures à celle de nos voisins européens, le transport aérien français - et Air France en particulier - est lourdement pénalisé.

Mon commentaire : Benjamin Smith est désormais le nouveau patron du Groupe Air France-KLM. Ses chantiers prioritaires sont nombreux. Son principal défi sera de finaliser le dossier "stratégie pour le Groupe Air France-KLM", préparé par son prédécesseur Jean-Marc Janaillac. Il devrait pour cela s'appuyer sur une nouvelle organisation du Groupe et de ses principales filiales.

Mais le dossier le plus urgent à régler est celui des rémunérations, tant chez KLM que chez Air France. Dès sa prise de fonction, il a tenu à recevoir les organisations syndicales représentatives.

De son message transmis à l'ensemble des salariés du Groupe Air France-KLM, je retiens cette phrase :

" Avec la puissance d’Air France et KLM travaillant en tandem, nous pouvons conquérir à la fois les marchés européens mais aussi mondiaux. Mais attention, les luttes internes ne font qu’une seule chose : elles offrent nos clients sur un plateau à nos concurrents. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être arrogants et de croire que nous avons plus de droits sur nos clients que nos concurrents. Nous devons mériter leur confiance et faire en sorte qu’ils choisissent nos lignes chaque jour. Se battre contre nos concurrents et non contre nous-mêmes est la clé de notre succès. "
> Air France : les 100 pilotes les mieux payés perçoivent 300 000 euros par an
(source Libération) 13 septembre - Selon un document interne à la compagnie, que s’est procuré Libération, près de 100 pilotes (99 exactement ...) émargent à plus de 300 000 euros brut par an. La plupart d’entre eux sont des commandants de bord, souvent arrivés au grade d’instructeur et qui pilotent les plus gros avions d’Air France. Généralement des appareils dédiés aux liaisons long-courriers comme les Boeing 777 et les Airbus A380. Une règle intangible veut, en effet, que la fiche de paie d’un navigant augmente en fonction de la masse de l’avion et de sa vitesse.

Premier constat, parmi les 100 pilotes les mieux payés, les hommes constituent une majorité plus qu’écrasante. Seule une femme figure dans cette catégorie. Dans les cockpits, la parité a encore de sérieuses marges de progrès. Certes, la profession s’est tardivement féminisée et l’avancement dans une compagnie aérienne passe par un cursus aussi long que balisé. Ce n’est peut-être pas la seule raison. «Au moment des évaluations, les instructeurs ne sont pas tendres avec les femmes pilotes qu’ils estiment moins aptes à gérer un incident de vol», glisse un responsable syndical.

Ce niveau de rémunération pourrait surtout peser dans les délicates négociations salariales, chez Air France, qui, depuis le mois de février, ne trouvent pas d’issue. (...) L’intersyndicale de la compagnie demande une augmentation de 5,1% des rémunérations pour 2018, toutes catégories de personnels confondues. Un chiffre destiné à rattraper six années de blocage des salaires. Les pilotes pourraient, en outre, demander une rallonge spécifique de 3% ou 4% supplémentaires. La direction pourrait donc être tentée de leur rappeler le niveau de rémunération atteint par les plus qualifiés pour les inviter à la modération.

D’autant que les dix pilotes les mieux payés perçoivent 340 000 euros par an, à peu de choses près, la même fiche de paie que les dix membres de la direction générale les mieux rémunérés. Ils émargent en moyenne à 360 000 euros par an. (...) Selon le bilan social d’Air France, que Libération a également pu consulter, près de 30% des pilotes d’Air France émargent à plus de 200 000 euros brut par an.

La secrétaire générale de la section CGT (...) estime «qu’il ne devrait pas y avoir un écart supérieur de 1 à 20 entre les plus faibles et les plus hautes rémunérations» tout en considérant que le commandant de bord d’un avion de 500 passagers «a plus de responsabilités qu’un membre de la direction générale». (...) Le secrétaire général de FO-Air France, résume sans doute une sorte de consensus interne autour de cette question récurrente du salaire des pilotes les mieux payés : «C’est une micro caste que l’on va chercher à montrer du doigt. Je ne suis cependant pas sur la position d’aller attaquer une catégorie de personnel.»
Mon commentaire : Les pilotes d'Air France sont-ils plus ou moins rémunérés que leurs confrères ? La réponse est loin d'être évidente. Même au sein du Groupe Air France-KLM, il est difficile voire impossible de se faire une opinion. Les systèmes de rémunération sont diamétralement opposés. Quand les pilotes d'Air France sont payés à l'heure de vol, les pilotes de KLM ont un forfait mensuel. Les cotisations sociales sont plus élevées en France qu'aux Pays-Bas ? Oui mais les droits obtenus en contrepartie sont différents. A l'inverse, les impôts payés par nos collègues néerlandais sont plus importants que les nôtres.

Reste un sujet : dans le cadre de Perform2020, des efforts ont été demandés aux pilotes. Au sein des deux compagnies, une grande partie des pilotes a été amené à voler davantage. Avec des augmentations de rémunérations automatiques pour les pilotes d'Air France concernés - surtout en long-courrier -, mais pas pour les pilotes de KLM (cf les différentes règles de rémunération évoquées ci-dessus). Faut-il, puisque le Groupe va mieux, leur accorder les mêmes augmentations de salaires ?

C'est une des nombreuses questions auxquelles devra répondre notre nouveau Directeur Général.

(...)
Teledrone
 
Messages: 1
Inscrit le: 15 Sep 2018 18:02

...
 
Précédent

Retour vers L'actualité aérienne

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Bing [Bot] et 46 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->