Acteur poète, Jean-Pierre Marielle est mort à 87 ans

Acteur poète, Jean-Pierre Marielle est mort à 87 ans

Message non lupar Berurix » 24 Avr 2019 22:54

Comme la page Musique, cette page Cinéma confine à la rubrique nécrologique, tant la faucheuse se montre insatiable...

Image

Le comédien, disparu ce mercredi à 87 ans, a dessiné une carrière qui lui ressemble : éclectique, colorée, extravagante, drôle, sérieuse, poétique...

Une voix. Une prestance. Un humour. Un rire. Jean-Pierre Marielle, dont le décès a été annoncé ce mercredi d'avril par sa famille, alors qu'il avait soufflé il y a peu ses 87 bougies, était aussi tout cela. "Aussi" parce qu'il était avant tout acteur, évidemment, acteur magnifique, majestueux, mais si le cinéma fabrique des images à partir de la chair et des os des comédiens, ce sont ces images-là que chacun gardera.

Comme la moustache de Jean Rochefort. Ou le cigare de Philippe Noiret. Eux aussi acteurs resplendissants, copains comme cochons depuis toujours et qui ont gardé ensemble les vaches du cinéma français dès les années 1960. Il faudra attendre 1996 et Les Grands Ducs, de Patrice Leconte, pour, enfin, les voir réunis en tête d'affiche (après Que la fête commence) dans un film en forme de miroir - ils jouent trois comédiens un peu à la ramasse revenus de tout - qui n'a pas eu le succès escompté à sa sortie mais qui, avec le temps, a trouvé de plus en plus de défenseurs jusqu'à devenir quasi-culte.

L'ironie est là : Jean-Pierre Marielle, comme ses potes Rochefort et Noiret, a commencé petit et second rôle de caractère, notamment dans Faites sauter la banque, Week-end à Zuydcoote ou Sex-shop. De cette génération dorée passée par le conservatoire, c'est Jean-Paul Belmondo qui tire rapidement son épingle du jeu, Marielle et Rochefort venant régulièrement épauler leur pote et lui tenir la dragée haute. Bebel remportait la mise, Marielle et les autres attendaient leur heure. Et comme beaucoup, il remettait les pendules sur les planches de théâtre qu'il a souvent arpenté dans les années 1950 et 1960.

Ce cinéma des années 1960 et 1970 donnait la part belle aux seconds rôles ; rôles souvent plus colorés que ces films qui ne figurent pas forcément au panthéon de la cinéphilie. Voir : On est toujours trop bon avec les femmes, Charlie et ses deux nénettes, Comment réussir sa vie quand on est con et pleurnichard...

Jean-Pierre Marielle faisait son nid et n'était pas loin de prendre son envol... Revoir ses films-là aujourd'hui, c'est revisiter un cinéma français hors des clous de la nouvelle vague - Marielle n'a jamais tourné avec François Truffaut, Louis Malle ou Jean-Luc Godard mais bizarrement jamais non plus avec Claude Chabrol alors qu'il en avait largement l'étoffe et les couleurs, lui qui jouait les grandes gueules et les faux culs comme personne.

Marielle faisait dans le divertissement, dans le léger, le potache, le sans-importance. Mais avec classe. Et un sens inné de l'autodérision. Il a fallu attendre la génération post-nouvelle vague pour voir enfin Jean-Pierre Marielle adoubé grand acteur. C'est Bertrand Tavernier dans Que la fête commence, en 1975, puis dans Coup de torchon, en 1981, qui l'a fait monter sur le podium. La suite fut davantage de tapis rouges. Marielle avait alors gagné ses galons. Évident. Incontournable. Son talent était dans la retenue comme dans l'extravagance. Le geste ample, la claque facile, le coup de gueule théâtral, l'humour mordant.



Jean-Pierre Marielle ressemblait à monsieur tout le monde et personne ne ressemblait à Jean-Pierre Marielle. Ce n'est pas le moindre des paradoxes mais le paradoxe est le creuset du comédien.

D'un jeu souvent extravagant, il s'est petit à petit affûté pour livre des prestations sobres et retenues. Comme souvent ses rôles dramatiques sont les plus notables car on y sent plus sûrement le travail de composition. Pourtant les extravertis ne sont pas moins difficiles à jouer même si avec Marielle ils semblaient plus évidents.

À ce titre, on peut mettre deux films en balance qui dessinent l'acteur Marielle. Tous les matins du monde d'Alain Corneau, adapté du roman découpé à l'os de Pascal Quignard. Marielle y joue Monsieur de Sainte-Colombe, maître de la viole de gambe, instrument du XVe, entre le violon et le violoncelle (en gros et en cordes). Pas la rigolade tous les jours. Ni même jamais. Le gars se contentait de pain sec et d'eau sans même avoir été puni. Marielle y est tellement en retrait, son jeu est tellement ascétique, qu'on ne voit que lui. Il a été nommé aux César pour le rôle, il n'a pas gagné. D'ailleurs, il a été nommé sept fois et jamais une victoire - il a perdu une fois contre Noiret, une autre fois contre Rochefort. Terriblement ironique. Comme il est ironique de noter qu'un de ses plus grands rôles se cache dans un film de Laurent Heynemann, Les mois d'avril sont meurtriers.

Mais tous les cinéphiles du monde, qui sont nombreux, et les mariellophile, qui ne le sont pas moins, voteront sans hésiter pour Les Galettes de Pont-Aven, de Joël Séria (1975). Il y est Henri Serin, représentant en parapluies, beau parleur et poète, bouffé par la routine, qui un jour échoue à Pont-Aven (Finistère) pour vivre d'amour et de peinture. L'histoire d'un type corseté jusqu'au trognon qui s'échappe pour vivre sa vie, capable de s'extasier crûment devant le cul de Jeanne Goupil (scène culte de dialogue à revoir toutes affaires cessantes).



Cet Henri Serin est à la fois trivial et poétique, exubérant et amoureux, épicurien et artiste. Inoubliable. Jean-Pierre Marielle a dû y mettre beaucoup de lui.

Et puisque le cinéma fabrique des fantômes à tour de bras, il reste heureusement toutes ces images pour ne pas oublier un acteur et un homme qui a bercé nos rêves. Et qui va continuer longtemps. Jean-Pierre ne dira jamais ses derniers mots.


https://www.lexpress.fr/culture/cinema/ ... 72652.html
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2484
Inscrit le: 31 Mai 2011 00:33

...
 

Re: Acteur poète, Jean-Pierre Marielle est mort à 87 ans

Message non lupar Rotule » 25 Avr 2019 00:40

"Ah ! non de dieu de bordel de merde " !! RIP JP Marielle
Avatar du Gaulois
Rotule
 
Messages: 470
Inscrit le: 03 Août 2011 09:13

Re: Acteur poète, Jean-Pierre Marielle est mort à 87 ans

Message non lupar panoramix » 25 Avr 2019 14:04

Triste journée les gaulois mais que de bons souvenirs !





Avatar du Gaulois
panoramix
 
Messages: 401
Inscrit le: 23 Mai 2011 13:37

Re: Acteur poète, Jean-Pierre Marielle est mort à 87 ans

Message non lupar GIOU31 » 25 Avr 2019 15:02

Marielle, Rochefort, Blier, Gabin et les autres, Blanche, Lefebvre, Ventura, Brel ...

Marielle toujours dans la finesse.

Ad usque fidelis !
Avatar du Gaulois
GIOU31
 
Messages: 933
Inscrit le: 27 Mai 2011 19:29

Re: Acteur poète, Jean-Pierre Marielle est mort à 87 ans

Message non lupar Quina Green » 25 Avr 2019 17:09

Série noire en cours...
Encore un excellent acteur qui nous quitte. Il pouvait jouer dans tous les registres avec beaucoup de talent. Et quelle voix....
Quina Green
 
Messages: 65
Inscrit le: 23 Sep 2015 22:00


Retour vers CINEMA

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 4 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->